SNCF se lance dans le Mécénat de Compétences

10-Nogue-WEBQuestions à François Nogué, Directeur Cohésion et Ressources Humaines SNCF

Le dispositif Mécénat de Compétences a séduit la DRH SNCF. Pourquoi ?

C’est une proposition de la Fondation que nous avons instruite ensemble. Cela relève de la politique RH de l’entreprise, du transfert de compétences et du rayonnement des personnels SNCF. Ce qui m’a plu, c’est que cela fait fondamentalement partie d’une démarche d’entreprise citoyenne. Permettre à des volontaires de consacrer quelques jours par an à une cause d’intérêt général est positif pour l’image de l’entreprise. Plus profondément, je suis convaincu que donner une partie de son temps et de son énergie pour des missions d’intérêt général ou des publics en difficulté ne peut qu’enrichir la vie de l’entreprise et la vie dans l’entreprise. Celui qui le fait apporte un plus à l’extérieur mais aussi à ses collègues. En tant que DRH, j’y vois un plus dans la vie au travail.

Guillaume Pepy a parlé de 1000 parrains SNCF. C’est très ambitieux…

1000 parrains de toutes les entités et toutes les Régions SNCF, c’est le seuil de visibilité. Le dispositif est lancé dans toutes les branches et toutes les directions. Les règles et le mode d’emploi ont été diffusés à tous leurs personnels. Ce ne sera pas 1000 parrains du jour au lendemain, mais le fruit d’une montée en puissance régulière. Je compte beaucoup sur le bouche à oreille de ceux qui l’auront fait. Beaucoup de salariés sont déjà bénévoles dans des associations de quartier, ils vont rentrer spontanément dans le dispositif et entraîner les autres. Pour que ça marche, il y a deux conditions essentielles : que la maison y croit et que les managers adhèrent.

Comment faire des managers des ambassadeurs ? 

C’est du temps de travail en moins et un effort que nous leur demandons. Mais il fait partie de la vie en entreprise et de la chance d’être dans une entreprise comme la nôtre. Notre politique diversité passe elle aussi par un effort d’intégration des personnes handicapées, des jeunes des quartiers, c’est une forme d’engagement vers l’extérieur. Une entreprise publique peut le faire et cela nous honore. Autre exemple : des cheminots bénévoles vont dans les écoles pour parler de respect, de sécurité et de nos métiers. Cela fait partie de la dynamique d’ensemble de l’entreprise et de son poids dans la collectivité nationale.
Chez SNCF, nous avons la notion de performance responsable. Il faut de de la performance opérationnelle, de la performance économique, mais sans la dimension humaine et sociale, cette performance perd du sens. Marier l’économique et le sociétal donne du sens au travail, c’est une vision que je partage avec la Fondation SNCF.

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer