Accueil   >   Actualités   >   Les bénéfices RH du mécénat de compétences
16/01/2019 Engagement des salariés

Les bénéfices RH du mécénat de compétences

jean-pralongJean Pralong, professeur de GRH à l’EM Normandie, présente les atouts d’une politique en matière de mécénat de compétences, et ce, notamment pour l’acquisition et le développement des savoir-faire. Un contrat gagnant-gagnant pour les entreprises et les salariés !

Une nécessaire évolution

Les entreprises sont ouvertes : les clients vont et viennent. Des stratégies, des technologies ou des compétences nouvelles entrent et font sortir celles qu’elles rendent obsolètes. Dans ce domaine, la relation entre l’entreprise et ses salariés s’inverse. La quantité d’informations disponible en ligne et les MOOCs permettent l’acquisition de compétences au-dehors de la formation professionnelle traditionnelle. Les applications gratuites, les ordinateurs et les smartphones personnels sont plus performants que ceux que fournissent les entreprises. Les salariés entrent et sortent aussi, par les effets d’un mélange de contraintes et d’opportunités.
Les entreprises dépensent donc beaucoup de moyens pour définir leurs frontières : comment choisir et s’ouvrir à ce qui doit être accueilli ? Comment conserver ce qui ne doit pas être partagé ? Comment, finalement, être une organisation ouverte sans perdre ce qui fait son identité et l’engagement durable de ses salariés ?

Les leviers du mécénat de compétences

L’étude sur l’engagement des salariés dans le mécénat de compétences apporte plusieurs éléments de réponse :
En premier lieu, les résultats montrent que le mécénat de compétences est une source d’apprentissages. Ces nouvelles connaissances sont précisément ces compétences transversales (digitales, gestionnaires, comportementales) que les organisations ont du mal à formaliser. Ici, un technicien apprend à gérer un budget et à construire des prévisionnels ; là, un comptable découvre l’usage des réseaux sociaux. Et ces compétences nouvelles, notamment digitales, sont ensuite réinvesties dans les emplois. Car le cadre fourni par l’entreprise rend légitime les liens entre le travail associatif et le travail salarié. Il tisse des liens entre ces deux sphères de vie et rend possible les transferts de compétences de l’une à l’autre. Le mécénat de compétences fournit donc un cadre à la diversification des compétences. Il a une influence sur la performance économique de l’entreprise.
En second lieu, les motivations pour s’engager dans le mécénat de compétences sont diverses. Certains s’y lancent guidés par des valeurs ou des besoins éthiques. D’autres en attendent directement l’acquisition de compétences ou de réseaux nouveaux. D’autres, enfin, y voient une stratégie pour relancer leurs carrières. Mais ces motivations variées convergent vers les mêmes bénéfices : l’acquisition de compétences et la reviviscence de la relation à l’entreprise.
Enfin, le renforcement du lien à l’entreprise est le troisième enseignement de l’étude. Le mécénat de compétences agit sur l’engagement des salariés car il contribue à redonner à l’entreprise son statut d’institution. Un employeur donne un salaire, une entreprise sert ses actionnaires et ses clients. Une institution s’adresse à la société dans son ensemble. Cette position particulière lui donne une finalité qui dépassent les enjeux financiers et les contingences productives. Cette finalité irrigue l’identité de ses salariés et donne un sens nouveau à l’appartenance à l’organisation.

Alliance pour le mécénat de compétences : lancement du 16 janvier

Résultats du Baromètre du Mécénat de compétences >

[Vidéo] Analyse des résultats du Baromètre par J.Fourquet de l'IFOP (6:20) >

Manifeste du Mécénat de compétences >

Les Echos : "Mécénat de compétences : 17 dirigeants s'engagent" (16/01/2019) >

Les Echos : "Mécénat de compétences : les entreprises accélèrent" (20/01/2019) >

[Vidéo] Best of du 16 janvier (5:07) >

[Vidéo] Intégrale du 16 janvier (1:41:29) >

Points de vue

[Vidéo] P.Jeantet, président directeur général SNCF Réseau et président de la Fondation SNCF (4:00) >

M.Eshet, déléguée générale de la Fondation SNCF >

A.Mergier, sociologue et directeur du cabinet d'étude Wei >

B.Meyronin, professeur à l’EM Grenoble et directeur général de Care Expérience >

[Vidéo] B.Raigneau, directeur des ressources humaines du groupe SNCF (2:02) >

[Vidéo] S.Volant, secrétaire général de SNCF (4:23) >

[Vidéo] M.Eshet, déléguée générale de la Fondation SNCF (3:42) >

[Vidéo] O.Girard, président d'Accenture France et Benelux (2:31) >

[Vidéo] D.Laurent, directeur des ressources humaines de Schneider Electric (3:56) >