Accueil   >   Actualités   >   Orchestres démos, jouer ensemble et grandir
19/05/2015 Culture

Orchestres démos, jouer ensemble et grandir

demosUtiliser la musique classique pour créer du lien social, c’est le pari réussi de la Philharmonie de Paris avec le soutien de la Fondation SNCF, d’autres entreprises et fondations et des collectivités locales.

Pour démocratiser la culture, le projet Démos mobilise un vaste réseau de partenaires : structures sociales et culturelles, orchestres, conservatoires et l’Education nationale. Il entraîne des enfants de quartiers populaires dans trois années d’apprentissage de la musique classique en orchestre. Fin 2015, 1 250 enfants d’Ile-de-France, de l’Isère et de l’Aisne auront vécu cette expérimentation très concluante.

 

Au programme

 

Chaque enfant se voit confier “son” instrument. Il suit 4 heures de cours par semaine en groupe de quinze enfants, encadré par deux musiciens professionnels et un travailleur social. Une fois par mois, les enfants d’un même territoire répètent en orchestre et des restitutions devant les familles sont régulièrement organisées pour préparer le grand rassemblement de l’année : le concert en orchestre symphonique les 27 et 28 juin 2015.

 

Zoom sur une pédagogie originale

 

 

demosIls ont entre 7 et 14 ans, ils viennent de quartiers populaires, la musique classique est loin de leur monde et pourtant. Après 3 ans de pratique au sein de Démos, 50 % des jeunes ont envie de continuer la musique au conservatoire, “et c’est plus important pour nous que d’en voir 5 % devenir professionnels et faire carrière !” déclare Gilles Delebarre, Directeur adjoint du département Education de la Philharmonie de Paris, co-créateur du projet Démos dont il assure le pilotage pédagogique.

 

Selon lui, la musique classique est un pilier de la culture en Europe. “Démos permet la rencontre des jeunes avec le patrimoine classique, considéré comme difficile d’accès.” Et c’est la manière de faire qui change tout. L’approche sensible est privilégiée sur les apprentissages théoriques. Les enfants ont tout de suite un instrument dans les mains et ils jouent ensemble. La dimension collective est au cœur de la pédagogie. Le résultat artistique est immédiat, l’enfant contribue à un moment musical. “Cette expérience sensible développe la capacité de l’enfant à ressentir des émotions artistiques, à les identifier chez les autres et à mesurer à quel point ces émotions font de nous des êtres humains.” explique Gilles Delebarre. Anthropologue de la musique, spécialiste du gamelan javanais et des percussions du monde arabe, il sait que la culture est essentielle dans la construction de l’homme et des sociétés. Et c’est à Tagore, musicien, poète et pédagogue indien, qu’il laisse le dernier mot : “C’est la connaissance qui nous rend puissants, mais c’est la sympathie qui fait de nous des êtres complets.” (1916, “My school”)