Accueil   >   Actualités   >   Luc Chopplet, Via Ferrata aux Beaux-Arts de Paris
01/07/2019 Culture

Luc Chopplet, Via Ferrata aux Beaux-Arts de Paris

Un grand nombre de jeunes d’Île-de-France rêvent d’accéder aux écoles de l’enseignement artistique. Un pas de géant facilité par le programme Via Ferrata, soutenu par la Fondation SNCF. Témoignage de Luc Chopplet, coordinateur de la classe préparatoire Via Ferrata, Beaux-Arts de Paris.

 

 

Les étudiants de la nouvelle classe préparatoire des Beaux-Arts de Paris, nommée "Via Ferrata" (ici le site de Saint-Ouen). Créée en septembre 2016, son objectif est de préparer des étudiants issus de la diversité sociale, culturelle et géographique de la région Ile-de-France aux examens et concours d'entrée des établissements supérieurs d'enseignement artistique en France et à l'étranger. Photo : Anthony Micallef
Crédit : Anthony Micallef

Qu'est-ce que Via Ferrata ?

C’est une classe préparatoire publique aux concours et examens d’entrée dans les établissements supérieurs d’enseignement artistique, créée à l’École des Beaux-Arts de Paris il y a 4 ans, à destination des jeunes Franciliens issus de la diversité sociale. 25 élèves y étudient chaque année. Ils sont sélectionnés sur concours en fonction de leur talent (ils présentent un dossier artistique personnel), de leur motivation et du profil social des familles. C’est parti pour une belle aventure d’un an de préparation intensive aux meilleures écoles d’art du territoire français !

En quoi est-ce une démarche originale ?

En Île-de-France, il y a 5 classes préparatoires artistiques publiques (membres du réseau APPÉA*), qui accueillent chacune de 20 à 40 élèves, soit un peu plus de 100 élèves sur les milliers de candidats qui se présentent chaque année à l’entrée des écoles d’art. Ces classes préparatoires dispensent toutes un enseignement adapté et de grande qualité. L’originalité de Via Ferrata tient à son implantation au cœur des Beaux-Arts de Paris et à l’importance donnée au profil social de ses étudiants.

Les étudiants de la nouvelle classe préparatoire des Beaux-Arts de Paris, nommée "Via Ferrata" (ici le site de Saint-Ouen). Créée en septembre 2016, son objectif est de préparer des étudiants issus de la diversité sociale, culturelle et géographique de la région Ile-de-France aux examens et concours d'entrée des établissements supérieurs d'enseignement artistique en France et à l'étranger. Photo : Anthony Micallef
Crédit : Anthony Micallef

Quel bilan faites-vous de ce programme ?

Nous accueillerons en septembre la 4e promotion. Pour les élèves, le bilan est très positif. En moyenne, 95% de nos étudiants réussissent à entrer dans des écoles sélectives, telles que les Beaux-Arts de Paris, de Nantes, de Lyon ou de Cergy, la Villa Arson à Nice, la HEAR de Strasbourg/Mulhouse ou les Arts Décoratifs. Cette classe préparatoire s’inscrit désormais pleinement dans la pédagogie de l’école des Beaux-Arts. Ses étudiants accèdent aux conférences, aux visites d’expositions, au pôle numérique, aux cours de dessin. Ils créent des liens avec les autres élèves et avec les anciens de Via Ferrata qui ont intégré les Beaux-Arts de Paris. Leur année à Via Ferrata leur offre une première approche de leur future vie d’étudiant dans une école d’art, c’est un moment charnière.

Que vous apporte le soutien de la Fondation SNCF ?

La Fondation SNCF nous accompagne depuis la naissance du projet. C’est un très beau partenariat. Le soutien financier compte, il permet notamment d’acheter du matériel pour les élèves, de financer un atelier et des visites d’expositions. Au-delà, nous avons mis en place un mécénat de compétences pour préparer les jurys des concours qui sont une étape déterminante pour accéder aux écoles. Présenter son travail n’est pas un exercice facile. Chaque année, des membres de la Fondation SNCF viennent entraîner les étudiants dans une mise en situation (et en stress) réaliste. Une séance de débriefing permet de commenter les attitudes et de donner aux élèves des pistes d’amélioration dans la présentation de leurs travaux. C’est un moment intéressant et humain. Un lien fort se crée avec les membres de la Fondation, touchés par le travail artistique mais aussi par les parcours de vie des élèves. Aux récentes portes ouvertes de Via Ferrata, la plupart des “parrains” sont revenus à l’atelier, et les occasions de faire vivre ce projet ensemble se multiplient.

*Association nationale des Prépas Publiques aux Écoles supérieures d’Art

à lire sur le même sujet

Préparation aux concours avec l’École des Beaux-Arts de Paris – Mécénat de compétences >

Les Beaux-Arts à l’école de la diversité >