Accueil   >   Parole à   >   Jean-Paul Delevoye

Jean-Paul Delevoye

Administrateur de la Fondation SNCF

Les causes valent plus que les hommes qui les portent

Jean-Paul Delevoye ne s’étend pas sur son parcours. “Les causes valent plus que les hommes qui les portent” affirme-t-Il, et de marquer 35 ans de service public de trois grandes balises : Président de l’Association des maires de France, Médiateur de la République et Président du CESE (Conseil économique, social et environnemental). De quoi découvrir en profondeur la société française.

Il garde de ce parcours un principe de base : “Aucun système politique ou économique ne peut se construire sur les désespérances des Hommes”. Une conviction : “L’inné vaut moins que l’environnement.” C’est ce dernier qui modifie les comportements dans un sens ou un autre, selon lui. Et une vision de projet de société : “L’épanouissement humain et la protection de la nature sont au cœur des objectifs.”

 

Pourquoi la Fondation SNCF ?

“Au moment où la technologie menace de remplacer le travail, où les familles se déchirent, où les croyances politiques et religieuses sont remises en cause, comment faire vivre ensemble des hommes et des femmes qui ne croient plus au futur ?” Pour Jean-Paul Delevoye, il n’y a que deux tentations possibles : “la radicalisation ou le partage et la solidarité.” La cause de la Fondation SNCF est au cœur de l’actualité, et ses trois axes (Éducation, Culture et Solidarité) sont “les objectifs prioritaires du XXIe siècle.”

 

Un point de progrès pour la Fondation ?

Le Conseil d’Administration de la Fondation SNCF débat et travaille sur trois grands sujets : les choix stratégiques, l’évaluation des actions menées et les priorités à acter. Son souhait : “Que l’on mette davantage en avant le mécénat de compétences. Il est considéré comme naturel et n’est pas valorisé ! Pour Jean-Paul Delevoye, il est important et urgent de corriger le tir : “Le temps consacré aux autres a une vraie valeur.”

 

Le plus grand défi de la société ?

“C’est le défi de l’éducation. L’accès au savoir, pas l’accumulation des connaissances (on accède à tout d’un clic avec le digital), mais l’éveil : se former un sens critique et se forger des convictions.” La vraie ambition de l’éducation est de donner au jeune la liberté de choisir et de construire son chemin, le sens des responsabilités et de l’autre. “L’intériorité et l’altérité sont les enjeux du XXIe siècle” conclut Jean-Paul Delevoye. L’intériorité pour se faire une opinion à soi, prendre du recul par rapport à toutes les influences, et l’altérité pour s’enrichir de et dans la différence.